Investissement

Le parlement nigérien autorise la ratification de plusieurs accords de financement pour le développement du pays

Le parlement nigérien autorise la ratification de plusieurs accords de financement pour le développement du pays

(Niamey et les 2 jours) - Au cours de la séance plénière du 10 décembre, les députés ont autorisé la ratification de plusieurs accords de financement.

Premièrement, les accords de prêt d’un montant d’environ 6,5 milliards FCFA (10 millions d’Unités de compte) chacun, signés le 30 novembre 2018 avec le Fonds africain de développement (FAD) et la Banque africaine de développement (BAD pour le financement du Programme d’appui aux réformes et à la résilience économique-phase 2 (PARRE 2).

L’objectif de ces deux dotations financières est d’améliorer la gestion des finances publiques et de consolider une croissance inclusive et durable au Niger. En effet, le PARRE 2 va contribuer à la mobilisation des recettes fiscales, l’amélioration de la transparence et l’efficience du système de passation des marchés, l’amélioration de l’accès à l’électricité et à l’eau afin d’accroître la compétitivité de l’économie, l’amélioration de l’environnement des affaires et de l’autonomisation des femmes.

Le deuxième accord est relatif à un financement composé d’un don d’un montant équivalent à 39,5 millions de Droits de Tirage Spéciaux (31,4 milliards FCFA) et d’un crédit de 47,5 millions € (30,9 milliards FCFA), signé le 7 décembre 2018, à Nouakchott, en Mauritanie, avec l’Association internationale de développement (AID), pour le deuxième financement du projet d’appui aux politiques de développement au titre des réformes en faveur de la croissance rurale au Niger.

Cette enveloppe vise l’augmentation de la croissance de la productivité rurale, à travers la disponibilité des intrants agricoles, le renforcement de la gouvernance et l’amélioration de la participation du secteur privé. Elle concerne également le renforcement de la participation des institutions financières et des opérateurs privés ainsi que le lancement de la mise en œuvre d’un plan d’apurement des arriérés pluri annuels des industries extractives vis-à-vis des communautés, la réduction des manipulations frauduleuses et des pertes fiscales.

Enfin, le parlement nigérien a autorisé la ratification de l’Accord-cadre composé d’une subvention d’un montant équivalent à 12 millions $ (6,7 milliards FCFA) et d’un prêt d’un montant de 24,4 millions € (16 milliards FCFA), signé le 16 octobre 2018 à Niamey, avec la Banque islamique de développement (BID), pour le financement du projet de renforcement du système de santé avec un accent sur les services de santé maternelle, néonatale et infantile au Niger. Ce, dans le but d’accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile et d’améliorer le système de santé au Niger.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.