Finance

Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme : Le Niger va davantage améliorer le dispositif de lutte

Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme : Le Niger va davantage améliorer le dispositif de lutte

(Niamey et les 2 jours) - Dans le dernier rapport d’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme produit par la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), il est proposé un plan d’actions pour améliorer le dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme. 

Ce plan d’actions met l’accent sur le renforcement du cadre juridique, des capacités des acteurs et de la coopération pour mieux lutter contre ces fléaux qui nuisent à l’économie du Niger.

D’après le Centif, le financement du terrorisme et même le blanchiment des capitaux sont favorisés notamment par la porosité et la faiblesse du contrôle des frontières du Niger. « Il a été relevé des difficultés relatives au contrôle des frontières, au demeurant très immenses, dans un contexte régional où les dynamiques d’intégration garantissent la libre circulation des personnes et des biens. Les groupes criminels notamment, ceux terroristes, en profitent pour s’assurer de larges possibilités pour la mobilité de leurs fonds à travers divers trafics, notamment la drogue, les armes, la cigarette, les migrants, etc », lit-on dans le rapport. 

Tout aussi incriminé par le Centif, la faiblesse du contrôle des ONG, la pauvreté, l’abus de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux dans l’espace communautaire, la prépondérance du cash dans les transactions,…

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.