Finance

L’Etablissement de microfinance Asusu mis sous administration provisoire et Amadou-Hamani Bachir désigné administrateur pour une durée de six mois

L’Etablissement de microfinance Asusu mis sous administration provisoire et Amadou-Hamani Bachir désigné administrateur pour une durée de six mois

(Niamey et les 2 jours) - La Commission bancaire de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) conjointement avec le ministère des Finances du Niger, viennent de placer l’établissement de microfinance Asusu SA sous administration provisoire pour une durée de six mois. 

Cette décision a été prise le 3 mai dernier, suite aux multiples difficultés que traverse cette structure depuis quelques temps. Il est notamment reproché à Asusu, des irrégularités dans la dernière augmentation de son capital social, un système d’information et de gestion non fiable, une dégradation du portefeuille crédit, un fort endettement auprès du système bancaire et de la clientèle. Egalement le non respect des ratios prudentiels et le détournement des dépôts de la clientèle.

Des difficultés et bien d’autres pouvant affecter tout le système financier en général, et qui ont obligé le ministère des Finances à prendre cette décision de l’administration provisoire. Un administrateur provisoire a immédiatement été nommé. Il s’agit de Amadou-Hamani Bachir qui a pris fonction le 7 mai.

 Il va conduire pendant six mois cette structure en lieu et place des dirigeants classiques que sont le PCA et le directeur général. Il devra prendre toutes les mesures nécessaires afin de préserver les intérêts des clients de l’EMF ainsi que de ses associés.

 Aux côtés de cet administrateur provisoire, un comité de suivi de l’administration a été mis en place. Ce comité est chargé d’émettre des avis dans l’exécution du cahier des charges. 

Autrefois inspecteur de la Commission bancaire, Amadou-Hamani Bachir avait déjà conduit avec succès le redressement de la Banque agricole du Niger, de juillet 2013 à mars 2014.

La décision du régulateur bancaire et du ministère des Finances a pour but, selon l’Agence de régulation de la microfinance (ARSM), de préserver les emplois ainsi que les dépôts de la clientèle qui s’élèvent à plusieurs milliards de FCFA.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Banner 1

Banner 3

Please publish modules in offcanvas position.