Energies

L’ONG International Rivers dénonce l’attitude de la Banque mondiale dans le projet du barrage de Kandadji

L’ONG International Rivers dénonce l’attitude de la Banque mondiale dans le projet du barrage de Kandadji

(Niamey et les 2 jours) - La construction du Barrage de Kandadji suscite toujours des inquiétudes chez les organisations non-gouvernementales occidentales.

Dernière en date, International Rivers qui est spécialisée dans la protection des rivières et des droits de leurs communautés riveraines, s’est fendue d’un post dénonçant l’attitude de la Banque mondiale qui pourrait financer le projet sans s’assurer que ses exigences précédentes, notamment la réduction de la hauteur de l’infrastructure pour protéger les populations locales soient respectées.

L’institution qui devait injecter 250 millions de $ dans ce projet avait menacé de suspendre ce financement si des amendements n’étaient pas apportés au projet. En effet, selon certains experts, le barrage pourrait déplacer jusqu’à 60 000 personnes. Des négociations entre Niamey et la banque auraient abouti à un accord sur un barrage de taille inférieure qui ne déplacerait « que » 16 000 personnes.

Le bailleur de fonds n’accepte ce nouvel accord que sur les garanties fournies par l’Etat nigérien que les populations déplacées seraient réinstallées dans une zone avec suffisamment de terres arables à leur disposition. Or, selon International Rivers, l’endroit prévu par les autorités est inhospitalier et confronté à des problèmes de désertification.

Il faut rappeler que jusque-là rien n’a encore été officialisé entre les deux parties. Pour la partie nigérienne, Kandadji est un projet majeur qui permettra de fournir 130 MW d’énergie et fournira de l’eau pour l’agriculture irriguée. Le projet nécessite un investissement total de 1 milliard de $.

Aaron Akinocho

Please publish modules in offcanvas position.