Energies

246,3 milliards FCFA mobilisés pour la réinstallation des populations affectées par la construction du barrage de Kandadji

246,3 milliards FCFA mobilisés pour la réinstallation des populations affectées par la construction du barrage de Kandadji

(Niamey et les 2 jours) - Une table ronde des bailleurs de fonds travaillant sur la deuxième étape du Plan d’action de réinstallation (PAR 2) des populations dans le cadre du programme Kandadji, tenue en Côte d’Ivoire le 30 novembre dernier, a permis de mobiliser la somme de 436 millions de dollars US (246,3 milliards FCFA), a-t-on appris dans un communiqué de la Banque africaine de développement, chef de file des partenaires du programme Kandadji. 

Le montant ainsi mobilisé, est bien au-dessus du besoin qui était estimé à 432 millions de dollars. Ce qui montre la détermination des partenaires techniques et financiers à accompagner ce projet dont les consultations publiques concernant le plan d’action de réinstallation des populations qui seront affectées par la construction dudit barrage, ont été lancées en juillet dernier pour une durée de 21 jours.

Le PAR 2 va permettre d’accélérer le processus et près de 50 000 personnes situées dans 24 villages, seront concernées par cet aménagement.

Cette étape importante dans le programme Kandadji constitue, selon Charles Boamah, vice-président principal de la BAD, « une étape significative sur le chemin critique de la réalisation du programme », soulignant également qu’en raison « des impacts structurants de Kandadji sur l’économie nigérienne, nous devons joindre nos efforts et faire de ce programme phare une réalité, sans plus attendre ».

En effet, le projet du barrage Kandadji lancé en 2008 avec un début effectif des travaux en 2011, va permettre non seulement d’améliorer le taux de couverture des besoins du pays en énergie, avec une augmentation de la capacité de production nationale d’énergie hydroélectrique, d’une capacité de 130 mégawatts, et d’une production de 629 GWh, mais également d’améliorer l’accès à l’eau pour le développement agricole.

Permettant ainsi de mettre en valeur le potentiel des 45 000 hectares de terres irrigables de la Vallée du Niger. Il va également contribuer à réduire la variabilité saisonnière, grâce à la création d’un réservoir d’une capacité suffisante de 1,443 milliard de mètres cubes, qui répond aux exigences de soutien d’étiage, le déstockage de l’eau pour renforcer le débit du fleuve, de 120 mètres cubes par seconde à Niamey. 

Ce projet est financé par la BAD, la Banque islamique de développement et la Banque mondiale. 

SG

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.