Banque

Pour contester l’arrestation d’un Imam à Maradi, des individus ont mis le feu à une église de la ville

Pour contester l’arrestation d’un Imam à Maradi, des individus ont mis le feu à une église de la ville

(Niamey et les 2 jours) - La nuit du 15 au 16 juin a été très agitée dans le quartier Zaria à Maradi, à près de 700 km de la capitale Niamey. Pour protester contre l'arrestation de Cheick Rayadoune, l'imam de la mosquée de ce quartier, des manifestants ont mis le feu à une église, poussant les forces de sécurité à intervenir. Mais depuis ce 16 juin, le calme est revenu dans la ville après la libération de l’Imam.

En fait, selon certaines sources, l’arrestation de l'influent prédicateur est intervenue après son prêche du vendredi 14 juin, pendant lequel il a qualifié « d'anti-islam », le projet de loi du gouvernement sur la nouvelle organisation de l'exercice du culte au Niger. Des accusations rejetées en bloc par le ministère de l'Intérieur pour qui, « cette loi est le fruit de plusieurs consultations et concertations profondes. Dans le texte, il n'y a rien d'anti-islam », a commenté un haut responsable du ministère nigérien de l'Intérieur, cité par l'AFP

D'après le ministère de l'intérieur, l'adoption de ce projet de loi en conseil des ministres fin avril 2019, qui doit encore être approuvé par l'organe parlementaire, avait été précédée d'un colloque qui avait regroupé tous les oulémas du pays. Pour les autorités, ce texte vise à mieux contrôler les pratiques qui ont cours dans la sphère religieuse afin de prévenir les risques de dérives constatées dans d’autres pays.

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.