Agro

Les paysans autorisés à reprendre la culture du poivron dans la ville de Diffa

Les paysans autorisés à reprendre la culture du poivron dans la ville de Diffa

(Niamey et les 2 jours) - Ouf de soulagement pour les paysans de la région de Diffa (sud-est frontalière du Nigéria). Ils pourront reprendre la culture du poivron, principale source de revenus dans plusieurs villes de la région.

« Nous avons levé, il y a deux semaines, l'interdiction sur la culture du poivron qui procurait, avant la crise (de Boko Haram en 2014), à la région des milliards de FCFA de revenus annuels», déclare Bako Mamadou, Maire de la ville de Bosso, cité par l’Afp.

Il y a deux ans, la culture du poivron a été interdite parce que la secte islamiste Boko Haram profitait de la filière qui génère 7 à 10 milliards FCFA par an, selon les autorités, pour financer ses activités. Pour elles, Boko Haram rançonnait les commerçants et imposait de lourdes taxes sur les exportations de poivron.

Selon une source humanitaire citée par l’Afp, la levée de l’interdiction est probablement due à ses effets dévastateurs sur les paysans qui n’arrivent plus à tenir financièrement et aussi à la rareté des attaques de la secte dans la région.

Le maire de Bosso informe, en outre, que même les refugiés nigérians dans la région ont l’autorisation pour cultiver le poivron, à condition de faire « une demande de terre ».

Si la culture du poivron est autorisée, l’agriculture, elle, est toujours interdite dans les zones « trop proches de la frontière » avec le Nigeria, explique une source sécuritaire.

Boko Haram a mis à genoux les activités économiques de la région, depuis son attaque en février 2015.

Please publish modules in offcanvas position.