Agro

Le Pr Issoufou partage l’expérience de l’initative 3N et son impact à la conférence du CILSS

Le Pr Issoufou partage l’expérience de l’initative 3N et son impact à la conférence du CILSS

(Niamey et les 2 jours) - La 18ème conférence des chefs d’Etat du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le sahel (CILSS) s’est déroulée, mercredi, à Niamey. L’occasion pour le président nigérien de partager avec les autres chefs d’Etat sahéliens (le Sénégal y compris), l’expérience de la politique agricole mise en œuvre dans son pays. Il s’agit de l’initiative 3N (Les Nigériens nourrissent les Nigériens) et son impact sur la population rurale, après 7 ans de mise en oeuvre. 

Pour contextualiser, Mahamadou Issoufou a laissé entendre, dans son discours, que l’initiative 3N vise l’accroissement et la diversification des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques. Pour y arriver, l’Etat mise sur l’accroissement des rendements des cultures sous pluie, la promotion des cultures irriguées et la modernisation de l’élevage. 

« Elle [l’initiative 3N, Ndlr] vise également l’approvisionnement des marchés, la conservation, la transformation et la commercialisation des produits agropastoraux et halieutiques, la résilience des groupes vulnérables, la protection de l’environnement, notamment la restauration des terres dégradées, la lutte contre la malnutrition, la sensibilisation et l’animation du monde rural», a-t-il ajouté.

Impact

« Il fut un temps où, au Niger, la sécheresse se transformait en famine. Grâce à la mise en œuvre de l’initiative 3 N, ce temps est désormais un lointain souvenir», témoigne-t-il tout en admettant que beaucoup reste à faire pour atteindre l’objectif fixé : celui d’éradiquer définitivement la faim, d’ici 2021, puis réduire le taux de personnes vivant sous le seuil de la pauvreté de 45% (en 2016) à 31%. 

« Ce nouvel objectif est à notre portée ; pour ce faire, nous mettons davantage l’accent sur la maîtrise de l’eau, à travers la réalisation des ouvrages de mobilisation des eaux, sur l’opérationnalisation de la maison du paysan qui permet l’approvisionnement des producteurs en intrants et sur la restauration et la défense des terres avec un objectif de 200 000 hectares chaque année », assure-t-il.

En conclusion, le président nigérien a exhorté ses pairs à créer les conditions de la mobilisation et de l’exploitation diligente et efficiente des potentialités dont regorgent les pays sahéliens, pour les mettre au service de la croissance et du développement. « Nous devons créer les conditions d’une insertion avantageuse des secteurs de l’agriculture et de l’élevage dans l’économie africaine et mondiale, conformément au Programme détaillé pour le développement de l’agriculture en Afrique (PDDAA) et au Programme de développement des infrastructures en Afrique (Pida) qui font partie des programmes majeurs de l’Union africaine », a-t-il conclu.

Pour information, l’initiative 3N a remporté, en août dernier, le prix mondial du

« World Future Council » dans la catégorie « Restauration des terres dégradées ».

Le CILSS est un instrument de mesure et d’orientation des politiques publiques des pays sahéliens dans la lutte contre la sécheresse, fléau régional entrainant la pauvreté, la famine et la malnutrition.

Guevanis DOH

Une technologie révolutionnaire pour votre future résidence à Niamey

Banner 4

Please publish modules in offcanvas position.