Agro

Soudure pastorale précoce et difficile en perspective au Sahel (Cilss)

Soudure pastorale précoce et difficile en perspective au Sahel (Cilss)

(Niamey et les 2 jours) - Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss) a tenu une réunion du 2 au 4 février dernier à Niamey. C’était l’occasion pour le comité de dresser le bilan de la campagne agricole 2017 – 2018.

« Nous avons terminé cette campagne agricole 2017 – 2018 avec des résultats mitigés au Sahel.», note le Cilss. Conséquence, la période de soudure (cette période sépare le temps de la fin de consommation des récoltes de la saison écoulée, jusqu’aux nouvelles récoltes), s’annonce précoce et difficile dans les zones pastorales du Niger, du Burkina Faso, du Sénégal, du Mali, du Tchad et de la Mauritanie.

Le bilan indique que les cultures dans certaines zones sahéliennes ont souffert des stress hydriques liés aux séquences sèches et à l’arrêt précoce des pluies. Néanmoins, les productions céréalières attendues dans la région sont estimées à 68,3 millions de tonnes, soit une hausse de 4% par rapport à la campagne écoulée.

L’économie sahélienne est caractérisée par une agriculture dépendante à 97% de la pluviométrie et contribuant à plus de 25% de son Pib. Le Cilss joue un rôle de fourniture des informations sur la sécurité alimentaire, d’adaptation au changement climatique, de renforcement de la résilience des populations et de la gestion des ressources en eau.

Lancé il y a de cela 45 ans, l’organe dispose d’un système d’alerte précoce dans la région qui lui permet de réagir en temps réel aux cas d’insuffisances alimentaire et fourragère.

Please publish modules in offcanvas position.