Services publics

La gestion des déchets solides, un véritable casse-tête pour la Ville de Niamey

La gestion des déchets solides, un véritable casse-tête pour la Ville de Niamey

(Niamey et les 2 jours) - Les habitants de la capitale nigérienne ne cessent de dénoncer la situation. La Mairie centrale de Niamey est impuissante devant le problème aigu d’insalubrité qui règne sur la capitale. Le problème s’est accentué avec la saison des pluies où les déchets solides se mélangent aux eaux stagnantes dans certains quartiers, rendant l’air irrespirable.

Pourtant depuis 2011, un programme intitulé programme ‘’Niamey Nyala’’ ou ‘’Niamey la coquette’’ a été mis en place pour, dit-on, doter la capitale nigérienne d’infrastructures urbaines essentielles. Six ans après, beaucoup d’infrastructures structurantes dont des échangeurs et des grands boulevards ont été construits à coup de dizaines de milliards de FCFA. Cependant, l’enlèvement des ordures reste encore un véritable casse-tête. Les dépotoirs sauvages présents un peu partout dans les quartiers gâchent les efforts d’urbanisation menés par l’Etat.

Les autorités municipales sont incapables d’enlever régulièrement les déchets solides. Récemment, du matériel d’une valeur de 1 milliard FCFA a été mis à la disposition de la Communauté urbaine de Niamey par le projet de gestion des risques et catastrophes et de développement urbain (PGRC-DU), un projet financé par la Banque mondiale et l’Etat du Niger. Ce matériel est composé de deux (2) tractopelles, de 30 bacs à ordure de 30m3 de chacun ; de trois (3) camions bennes porte conteneurs, d’un (1) excavateur et d’un (1) balayeuse mécanique.

Les investissements prévus pour la région de Niamey au titre du PGRC-DU se chiffrent à environ 18 milliards 500 millions de FCFA.

Niamey ne dispose toujours pas pour l’instant d’une décharge municipale, ni de station de traitement des eaux usées. Mais d’après la mairie centrale, le processus est en cours pour la mise en place d’un centre de tri des ordures et pour la construction d’une station de traitement des boues ménagères. « Nous avons acquis deux terrains dont un de 100ha à Karma et un autre de 50 ha à la rive droite pour être un site d’élimination ou/et de valorisation des déchets », confie M. Abdou Adam, directeur général des Services Techniques Municipaux (DG/STM) au cours d’un point de presse.

M.S.S

Plus lus 7j
Plus lus Gestion publique
Plus lus Economie

Please publish modules in offcanvas position.