Sécurité

La déradicalisation des jeunes et la réinsertion des repentis de Boko Haram au menu d’un symposium

La déradicalisation des jeunes et la réinsertion des repentis de Boko Haram au menu d’un symposium

(Niamey et les 2 jours) - Diffa, ville nigérienne logée au sud-est du Niger (frontière avec le Nigéria) abrite un symposium international du 15 au 18 mai prochain. Les chercheurs, universitaires, responsables diplomatiques et membres du gouvernement y participent pour échanger sur les pratiques de résolution de conflits, la déradicalisation et la réinsertion des ex-combattants de Boko Haram dans les pays du lac Tchad.

La rencontre fait suite à un atelier préparatoire sur le sujet, tenu en avril dernier. Pour Ali Mahaman, Recteur de l’Université de Diffa, « cette activité se veut une réponse à la préoccupation des autorités, qui est de savoir de quelle manière l’université de Diffa pourrait contribuer au retour de la paix dans le bassin du Lac Tchad.»

Des exemples de déradicalisation sur le continent seront partagés entre participants et des réflexions tourneront autour de la problématique du développement de la région (et dans le bassin du lac Tchad) meurtrie et dévastée par Boko Haram.

L’Université de Diffa créée en août 2014, soit quelques mois avant la première attaque de Boko Haram dans la région n’est pas à sa première rencontre en vue de trouver une solution de paix dans la région. La communauté scientifique a déjà organisé un colloque en 2015 et un symposium en 2016 sur la culture de la paix dans le bassin du lac Tchad.

En fin d’année 2016, le Président Issoufou a tendu la main aux repentis de Boko Haram pour une réinsertion dans la vie socioéconomique. Une centaine d'islamistes s’est rendue et a été prise en charge dans un centre spécialisé.


[ 2J ToolBox: Please make sure that you have created/published instance! ]

Please publish modules in offcanvas position.