Sécurité

92 migrants échappent à la mort en plein désert

92 migrants échappent à la mort en plein désert

(Niamey et les 2 jours) - Malgré les dispositifs sécuritaires mis en place, l’immigration clandestine est loin de prendre fin. 92 personnes ont été secourues in extremis en plein désert par une patrouille militaire, relaye RFI.

Selon les informations reçues, les migrants ont été retrouvés près d’un puits, non loin de la ville-garnison de Dirkou (région d’Agadez au nord du Niger), sans nourriture ni eau. Ils ont été abandonnés par des passeurs au moment où ils tentaient de se rendre en Libye pour rejoindre l’Europe.

Parmi les migrants, des Ghanéens, Sénégalais, Nigérians. Ils ont été recupérés puis emmenés à la section Dirkou de l’Organisation internationale pour les migrations (Oim), avant qu’un parmi eux ne décède.

Selon le chef de mission de l’Oim à Niamey, Giuseppe Loprete, il arrive que les passeurs, une fois arrivés en plein désert, renégocient le prix de la traversée, sachant que les migrants n’ont pas le choix. Et s’ils n’ont pas les moyens, « ils sont abandonnés et restent là où ils sont. Dans ce cas, ils ont eu la chance d’être à côté d’un puits».

Les migrants seront transportés à Niamey puis dans leurs pays respectifs.

L’Etat nigérien et les partenaires n’ont jamais cessé de prévenir les migrants des risques périlleux auxquels ils feront face en tentant de traverser le désert où il n’y a pas de route, mais que des dunes de sable dense avec une température extrême (50 degré en journée et au moins 30 la nuit).

Le 2 juin dernier, ce sont des corps inanimés de 44 migrants qui ont été retrouvés dans le désert.


[ 2J ToolBox: Please make sure that you have created/published instance! ]

Please publish modules in offcanvas position.