Politique

Libération des civils dans l’affaire de coup d’Etat de 2015

Libération des civils dans l’affaire de coup d’Etat de 2015

(Niamey et les 2 jours) - Les civils arrêtés dans l’affaire de coup d’Etat en décembre 2015 ont bénéficié d’un non-lieu partiel et ont été libérés samedi, au Niger. Parmi eux, deux lieutenants du principal parti de l’opposition, le Moden Lumana (Mouvement démocratique du Niger) de l’ancien Président de l’assemblée nationale Hama Amadou.

« Il n’y avait pas de charges suffisantes » qui « puissent permettre de continuer à les garder en prison.», a laissé entendre Me Ali Kadri sur une chaîne locale, confirmant la libération d’une dizaine de personnes détenues (les civils) dans une affaire de coup d’Etat au Niger, le 17 décembre 2015.

Les proches de l’opposant Hama Amadou incarcérés dans cette affaire sont Oumarou Dogari, l’ancien maire de Niamey et Issoufou Issaka (photo), ancien ministre de l’Hydraulique.

A leur sortie de prison, ces derniers ont reçu un bain de foule de la part de leurs militants avant de regagner leur domicile. « C’est un soulagement et nous continuerons la lutte (…) Ca fait longtemps que nous avons arrêté de demander une mise en liberté conditionnelle parce que nous savons que nous ne nous reprochons rien.», a déclaré l’ancien ministre de l’Hydraulique.

Le 17 décembre 2015, soit deux mois avant la tenue de la Présidentielle, le Président Mahamadou Issoufou faisait une sortie dans laquelle il annonçait avoir déjoué un coup d’Etat. Douze militaires, trois douaniers et une dizaine de civils avaient été arrêtés. L’opposant Hama Amadou, en prison pour « trafic de bébés » en ce moment, avait été auditionné également. Une affaire que l’opposition avait toujours prise avec des gants en réclamant des preuves au pouvoir.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.