Gouvernance économique

Uranium Gate : les députés de la majorité publient leur rapport et font des recommandations à l’Etat

Uranium Gate : les députés de la majorité publient leur rapport et font des recommandations à l’Etat

(Niamey et les 2 jours) - 24 heures après le rapport de l’opposition parlementaire sur l’affaire d’une supposée vente douteuse d’uranium, la majorité parlementaire donne sa version du rapport. Deux sorties d’une seule commission qui ne font que plonger beaucoup plus l’opinion dans le doute.

Pour la majorité, il y a bel et bien eu une transaction entre la Société du patrimoine des mines du Niger (Sopamin) et Areva à travers ses filiales et d’autres partenaires internationaux. Mais, « l’uranium qui a fait l’objet de la transaction n’est pas de l’uranium du Niger», mentionne le rapport qui précise que l’argent transféré à Dubaï du compte de Bnp (France) de la Sopamin qui a servi à l’achat de l’uranium n’est ni l’argent de l’Etat nigérien, ni de Sopamin, mais celui d’Areva.

Lors de sa conférence de presse du 18 février dernier, le ministre Hassoumi Massaoudou, soupçonné de détournements, avait expliqué qu’il s’agissait d’une manœuvre de trading ayant permis au Niger de bénéficier de 800 000 Fcfa. La commission laisse entendre que durant son audition, le ministre a fait savoir qu’il voulait parler plutôt de 800 000 dollars. Et que cette somme représentait une recette de la Sopamin destinée à appuyer la sécurité de la filière uranifère, autrefois en proie à des enlèvements de citoyens français.

Le rapport de la majorité laisse entendre également que certains documents publiés dans les journaux se sont révélés faux. Et que cette affaire a eu des impacts négatifs sur le Niger depuis les publications de documents dans les journaux. A titre d’exemple, le rapport cite la perte de clients par Sopamin à cause de l’absence de confidentialité liée aux transactions avec le Niger.

Par-dessus tout, le rapport de la majorité recommande au gouvernement que « les bénéfices nets issus des ventes d’uranium et des dividendes de la Sopamin doivent être reversés au trésor national».

Par ailleurs, « la commission apprécie le fait que depuis 2011 , la fonction de Pca de Sopamin n’est plus assurée par le Directeur de cabinet de la Présidence», une allusion au fait que le nom et la signature de l’ancien Directeur de cabinet, Hassoumi Massaoudou, figuraient sur des documents de la Sopamin.

En ce qui concerne le rapport publié séparément par l’opposition, le député de la majorité Saadou Dillé répond : « les députés de l’opposition ont activement participé à toutes les auditions. Mais se rendant compte que les résultats des investigations n’allaient pas dans le sens de leurs attentes, ils ont choisi de déserter». Une position soutenue par son collègue Sadi Soumaila qui dirige la commission parlementaire sur le sujet. Pour lui, l’opposition a participé, au même titre qu’eux, aux auditions et c’est au jour de la validation qu’elle a fait défection.

Guevanis DOH

 

Please publish modules in offcanvas position.