Gouvernance économique

L’opposition parlementaire demande une mise en accusation du ministre des Finances sur l’ « Uranium Gate »

L’opposition parlementaire demande une mise en accusation du ministre des Finances sur l’ « Uranium Gate »

(Niamey et les 2 jours) - Les députés de l’opposition, membres de la commission d’enquête, ont rendu leur propre rapport au Président de l’assemblée nationale nigérienne. Ces derniers se démarquent du rapport (par le reste de la commission) remis le 18 avril dernier, estimant avoir été écartés de sa rédaction.

L’information a été révélée hier, mercredi, au moment où une séance de l’assemblée nationale à huis clos, a été convoquée pour discuter du rapport de la commission d’enquête parlementaire. Une session  boycottée par les députés de l’opposition pour, disent-ils « ne pas légitimer le rapport remis au Président de l’assemblée nationale».

« La précipitation avec laquelle un soi-disant rapport est déposé 17 jours avant le délai imparti, après un travail de la commission organisé en catimini, le 15 avril, consacré à l'examen et au vote de la levée d'immunité d'un député et la mise en accusation de deux anciens ministres, prouve à suffisance la volonté de torpiller le processus de la manifestation de la vérité.», peut-on lire dans le rapport de l’opposition, rendu public hier mercredi.

Pour Soumana Sanda (photo), député de l’opposition et vice-président de la commission d’enquête, cette affaire embarasse le gouvernement nigérien. « En réalité, c’est un sujet aujourd’hui qui fait trembler les tenants du pouvoir puisque l’implication du directeur de cabinet du président de la République de l’époque, Massaoudou Hassoumi, est confirmée par tous les éléments en notre possession.», commente-t-il.  « Donc, tous les mécanismes ont été mis en branle par les députés de la majorité pour qu’il n’en soit pas ainsi. Nous avons pu avoir accès à toutes les informations qui, aujourd’hui, confirment ce que les journaux de la place ont révélé au grand public.», a-t-il ajouté.

Par conséquent, « nous recommandons que l’assemblée nationale vote une mise en accusation contre le Directeur de cabinet du Président de la République, Massaoudou Hassoumi.», laisse entrevoir le rapport. 

Le Président de la commission d’enquête n’a pas encore réagi à propos de la situation. La commission d’enquête parlementaire est composée de 10 membres dont deux de l’opposition. Son objectif était de faire la lumière sur une supposée vente douteuse de l’uranium entre Areva et le Niger en 2011. Une affaire dans laquelle, le principal accusé se trouve être l’ancien directeur de cabinet du Président Mahamadou Issouffou, Hassoumi Massaoudou, aujourd’hui, ministre des Finances.


[ 2J ToolBox: Please make sure that you have created/published instance! ]

Please publish modules in offcanvas position.