Gouvernance économique

L’importance d’une Zone de libre-échange continentale vantée au conclave sur le partenariat Inde-Afrique

L’importance d’une Zone de libre-échange continentale vantée au conclave sur le partenariat Inde-Afrique

(Niamey et les 2 jours) - New Delhi, la capitale indienne, a abrité du 09 au 10 mars 2017, le 12ème conclave organisé par la Confédération indienne d’industrie et Exim Bank d’Inde. Le conclave porte sur le projet de partenariat Afrique-Inde.

Devant les participants, le ministre nigérien du Commerce, Sadou Seydou (photo, gauche) a communiqué sur un thème en projet à l’Union africaine : « L’Accord sur la zone de libre échange continentale (Zlec) ».

Il s’est agi, pour le ministre nigérien du Commerce, de présenter le processus de la concrétisation du projet et ses objectifs. « Les objectifs sont le renforcement de la compétitivité, l'indépendance vis-à-vis des exportations, la promotion de la transformation sociale et économique et l'accroissement de 50% des échanges commerciaux au sein des pays africains.» Et d’ajouter : « la mise en place de la Zlec permettra de doubler la part du commerce intra-africain à 22%, à l’horizon 2022».

Sadou Seydou a profité de ce créneau pour rappeler aux investisseurs que les déséquilibres des accords bilatéraux et multilatéraux sur le commerce entre l’Afrique et ses partenaires ne facilitent pas son émergence. Et que la Zlec rendra le continent et son économie moins vulnérables aux chocs commerciaux externes.

Raison pour laquelle l’Afrique attend de l’Inde, un appui à l'actualisation des études d'impact du processus d'intégration, dans la mise en œuvre des politiques commerciales, le renforcement des capacités de production et d'exportation. « L'Afrique attend également voir l'Inde accroitre les investissements dans les filières porteuses, promouvoir les joint-ventures entre les entreprises indiennes et africaines, renforcer les infrastructures de base et les télécommunications.», conclut-il.

Le commerce intra-africain n’a jamais dépassé les 10% sur le continent. Ce qui rend les économies africaines (fortement dépendantes des matières premières) vulnérables face aux fluctuations des prix au niveau mondial. Le Président nigérien Mahamadou Issoufou est désigné par ses pairs de l’UA pour diriger le processus de lancement de la Zlec. Une réunion des ministres africains du Commerce aura lieu, à cet effet, en juin prochain à Niamey. L’objectif est de voir l’effectivité de la Zlec en décembre 2017.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.