UEMOA

Le mariage des enfants coûtera aux pays en développement « des milliers de milliards de dollars » à l’horizon 2030 (Banque Mondiale)

Le mariage des enfants coûtera aux pays en développement « des milliers de milliards de dollars » à l’horizon 2030 (Banque Mondiale)

(Niamey et les 2 jours) - D’ici 2030, le mariage des enfants pourrait coûter aux pays en développement des milliers de milliards de dollars américains, entravant considérablement les efforts de la communauté internationale pour éradiquer la pauvreté, selon une analyse de la banque mondiale rendue publique ce mardi.

Le rapport intitulé « Economic Impacts of Child Marriage » remarque que, bien qu’il y ait eu au cours des trois dernières décennies une baisse de la prévalence du mariage précoce (mariage ou union libre avant l’âge de 18 ans) dans de nombreux pays en développement, le niveau actuel reste effarant.

Selon les experts de la Banque mondiale et du Centre international de recherche sur les femmes (ICRW), une fille sur trois est mariée avant l'âge de 18 ans et une sur cinq a son premier enfant avant cet âge. Pire, chaque deux secondes, une jeune fille se marie, s’indigne le document qui a bénéficié des concours financiers de la Fondation Bill & Melinda Gates, de Children’s Investment Fund Foundation et du Partenariat mondial pour l’éducation.

« Chaque jour, plus de 41 000 filles se marient avant l’âge de 18 ans. La pauvreté, les inégalités entre les hommes et les femmes, le manque d’accès à une éducation de qualité et à des services de santé sexuelle et reproductive adaptés aux jeunes, et l’absence d’emplois décents, constituent autant de facteurs qui contribuent à perpétuer la pratique des mariages d’enfants et de l’accouchement à un âge précoce. […]Il faudra s’attaquer à tous ces problèmes pour que les pays parviennent à mettre fin à cette pratique nuisible et coûteuse. », souligne Suzanne Petroni, directrice de projet au Centre international de recherche sur les femmes et co-auteure du rapport.

Les statistiques sont encore plus alarmantes. En effet, le rapport constate amèrement que trois accouchements précoces sur quatre sont des enfants nés d’une mère de moins de 18 ans. De plus, les filles qui se marient jeunes (à 13 ans) ont en moyenne 26% plus d'enfants que celles qui retardent le mariage après l’âge majeur.

Ceci étaye le raisonnement selon lequel, mettre fin au mariage des enfants réduira les taux de fécondité de 11% en moyenne dans les 15 des pays les plus touchés sur lesquels porte l'étude. Le Niger, champion mondial du mariage précoce, pourrait réduire de 5% sa croissance démographique d’ici 2030. La baisse de la fécondité en Ouganda permettrait à ce pays de l’Afrique de l’est d’économiser plus de 2,4 milliards $.

Mieux, les gains globaux découlant d’un ralentissement de la croissance démographique pourraient dépasser 500 milliards de dollars chaque année d'ici 2030, précise l'étude. La baisse de la mortalité des moins de cinq ans, le recul des retards de croissance dus à la malnutrition pourrait faire économiser plus de 90 milliards de dollars l’an, d’ici 2030 à l’échelle mondiale. Le poste budgétaire alloué au secteur de l’éducation pourrait également se réduire de 5% donnant plus de marge de manœuvre aux gouvernants en terme de politique d’éducation durable.

Fiacre E. Kakpo

Please publish modules in offcanvas position.