UEMOA

Gambie: Yahya Jammeh n’a pas pillé les caisses de la banque centrale (porte-parole de la présidence)

Gambie: Yahya Jammeh n’a pas pillé les caisses de la banque centrale (porte-parole de la présidence)

(Niamey et les 2 jours) - Les réserves de la banque centrale gambienne sont intactes. C’est ce qu’a indiqué hier un porte-parole du nouveau président gambien Adama Barrow. Cette déclaration vient prendre le contre-pied de celle faite la veille par le nouveau dirigeant qui affirmait qu’il n’y avait plus d’argent dans les caisses de l’Etat.

La position d’Adama Barrow avait été confortée par le propos d’un de ses conseiller qui affirmait un peu plus tard que l’ex-président Yahya Jammeh avait retiré l’équivalent de 11,5 millions de $ avant de s’exiler vers la Guinée Equatoriale sous la menace des forces de la Communauté économique des états d’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

«L’information qui a fuité dans le public faisait référence à la banque centrale. Mais à ce propos en particulier, l’inspecteur général de la police m’a dit que tout était resté intact à la banque.» a affirmé Halifa Sallah, le porte-parole du président. Il reste à savoir, estime Reuters, si les propos de Barrow et de son conseiller faisaient référence aux fonds de la banque centrale ou à d’autres ressources de l’Etat.

Alors que les médias sont dans l’attente de cette clarification, l’ossature de la prochaine équipe dirigeante à Banjul commence à se dessiner avec la nomination de Fatoumata Tambajang au poste de vice-présidente. Celle qui fut autrefois ministre de la santé sous Yahya Jammeh a été la principale architecte de la coalition d’opposition qui a porté Adama Barrow au pouvoir.

Après plus de 22 ans d’un pouvoir autocratique, marqué, selon les organisations des droits de l’homme, par des violations des droits humains, Yahya Jammeh a été battu en décembre dernier par Adama Barrow. Il a fini par céder son fauteuil au terme d’un feuilleton qui l’a vu contester des résultats qu’il avait précédemment acceptés, puis voir son pays menacé d’une intervention des forces de la CEDEAO.

Aaron Akinocho

Please publish modules in offcanvas position.