UEMOA

La BAD et la SFI s’engagent à promouvoir les investissements qui profitent aux femmes en Afrique

La BAD et la SFI s’engagent à promouvoir les investissements qui profitent aux femmes en Afrique

(Niamey et les 2 jours) - La Banque Africaine de Développement (BAD) et la Société Financière Internationale (SFI) ont signé, ce lundi 22 mai 2017, à Ahmedabad (Inde) un mémorandum d'accord, visant à promouvoir les investissements qui profitent aux femmes en Afrique. Si au cours de la dernière décennie, le nombre de femmes entrepreneures en Afrique a progressivement augmenté, ce qu’étaye l’indice africain sur l'égalité entre les sexes qui montre que l'entrepreneuriat féminin sur le continent est le plus élevé au monde, l'accès au financement pour les femmes est toujours sérieusement entravé par plusieurs facteurs.

« Les femmes remboursent leurs dettes. Elles sont bancables, mais le système bancaire ne leur prête pas. Nous voulons changer cela. Nous voulons encourager le système financier et permettre aux institutions de prêter aux femmes. Ensemble, la BAD et la SFI manifestent leur confiance en la crédibilité des femmes.», a indiqué Akinwumi Adesina, président de BAD, lors de la cérémonie de signature.

Le communiqué publié par l’institution financière panafricaine énonce que :

« Tirer parti du potentiel commercial de la moitié de la population [la gent féminine, NDLR] du continent est un élément crucial pour une croissance plus inclusive et plus durable. Tandis que l'accès des femmes au financement est essentiel au renforcement de leur pouvoir économique, la Banque africaine de développement (BAD) estime que l'écart de financement pour les femmes d'affaires africaines s'élève à 42 milliards $, dont un besoin de financement de 15,6 milliards de dollars pour celles qui opèrent dans le secteur agricole (A2F Consulting 2016) ».

Le protocole d'accord entre la BAD et la SFI, signé en marge des réunions annuelles de la banque panafricaine, constitue une étape importante dans la réduction de cet écart de financement entre les femmes entrepreneures et les hommes. Ainsi, deux programmes complémentaires de la BAD et de la SFI permettront de financer ce gap.

L' Affirmative Finance Action for Women in Africa (AFAWA), de la BAD tirera parti des instruments d'inclusion financière, du renforcement des capacités, de la formation, du mentorat, du partage des connaissances pour responsabiliser les femmes entrepreneures en mobilisant environ 3 milliards $ sur 10 ans, révèle le communiqué.

Ensuite, le programme « Banking on Women » où la SFI joue un rôle de catalyseur pour les partenaires et les institutions financières, permettra d’aider les entreprises appartenant à des femmes de manière soutenue. Le communiqué ajoute que la branche de la Banque mondiale qui finance le secteur privé travaille d’arrache-pied avec des sociétés locales, régionales et mondiales pour renforcer et élargir l'accès au financement, à la formation et aux marchés pour les femmes entrepreneures.

Pour rappel, le programme AFAWA, lancé lors des réunions annuelles de la Banque en 2016, vise à fournir des services financiers disponibles, accessibles et abordables aux femmes dans les entreprises par le biais d’institutions financières.

Fiacre E. Kakpo

Please publish modules in offcanvas position.