UEMOA

Nigeria : la banque centrale va mettre plus de $ sur le marché pour faire remonter le naira

Nigeria : la banque centrale va mettre plus de $ sur le marché pour faire remonter le naira

(Niamey et les 2 jours) - Au Nigéria, la banque centrale a décidé d’augmenter les disponibilités en dollars dans le pays afin de faire remonter le cours du naira sur le marché parallèle. Alors que le pays a décidé d’un taux de change fixe de 305 nairas pour 1$ en août dernier, la monnaie américaine se cède autour de 515 nairas sur le marché noir.

Pour atteindre son objectif, la banque entend désormais allouer de façon hebdomadaire 1 million de $ à chacun des 21 prêteurs commerciaux officiellement agréés du pays à taux de change de 375 nairas pour 1 $. La manœuvre permettra de faire redescendre le cours du dollar sur le marché noir autour de 380 nairas, soit le tarif pratiqué par les firmes internationales spécialisées dans le transfert d’argent.

Cependant, les 3000 bureaux de changes agréés de petite envergure sont les grands perdants de l’opération. En effet, la banque centrale qui leur allouait chaque semaine 8000$ chacune a préféré traiter désormais avec les prêteurs commerciaux de grande taille. En réaction, le dollar est passé de 516 nairas le vendredi à 520 nairas ce lundi.

Il faut rappeler que la crise de devises étrangères que traverse actuellement le Nigéria a pour origine la pénurie de dollars que connaissent les canaux officiels de change en raison des difficultés économiques que rencontre le pays. Alors que ses réserves de devises étrangères ont fondu suite à la crise pétrolière, l’ex première économie du continent avait adopté un ensemble de mesures drastiques visant à restreindre l’accès aux devises et à en maîtriser l’allocation. Cette décision est allée de pair avec le maintien d’un taux de change fixe qui ne tenait pas compte des avis préconisant de laisser la monnaie flotter.

Ces manœuvres ont eu pour conséquence l’explosion d’un marché noir vers lequel se sont dirigés tous ceux, compagnies comme individus, qui ne parvenaient pas à avoir accès aux devises via les circuits officiels et de facto l’apparition d’un second cours, officieux mais plus réel, de la devise nigériane.

La nouvelle mesure n’est que la dernière en date d’une série d’entrechats destinés à réduire ce dysfonctionnement. En effet, la banque centrale a récemment alloué 2,83 milliards de $ aux secteurs critiques de l’économie afin, également, de relancer une machine entrée en récession en 2016. Selon les analystes, cités par Reuters, cette injection de dollars ne devrait cependant pas parvenir à résoudre entièrement le problème puisque la demande pour la devise américaine tourne autour de 4 milliards de $.

Si, d’après les analystes, la banque centrale misera sur une plus grande flexibilité du naira cette année, ils estiment que la possibilité de voir la banque laisser totalement flotter la monnaie nigériane est faible. «L’option la plus probable d’un ajustement de la politique des devises étrangères de la banque est un flottement contrôlé voire la mise en place d’un nouveau taux de change. Mais voir la banque laisser totalement flotter la monnaie est improbable.» estime Yvonne Mhango, économiste au cabinet Renaissance Capital.

Aaron Akinocho

Please publish modules in offcanvas position.