Investissement

A la conférence G20 –Afrique, le Président Issoufou propose un plan de financement pour redresser l’Afrique

A la conférence G20 –Afrique, le Président Issoufou propose un plan de financement pour redresser l’Afrique

(Niamey et les 2 jours) - La conférence G20 – Afrique a démarré, hier, lundi, à Berlin en Allemagne, avec pour ambition de définir les contours d’un nouveau cadre d’investissement en Afrique.

Durant son intervention, le Président nigérien a fait une proposition allant dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant entre l’Europe et l’Afrique. Pour Mahamadou Issoufou (photo), les besoins d’investissement de l’Afrique sont évalués à 600 milliards de dollars par an, jusqu’en 2030. Cela représente environ 1% du Pib des pays du G20 ou 1,5% de celui des pays du G7.

Au vu de ces chiffres, le Président nigérien propose d’autres sources de financement pour faire face aux besoins de redressement du continent ; l’aide publique accordée à l’Afrique « étant seulement de 50 milliards $.»

Première source de financement pour le continent, M. Issoufou propose l’accroissement des recettes fiscales internes des Etats africains dont la moyenne est de 17% contre 35% pour les pays de l’Ocde. Pour y parvenir, « il faut que l’Afrique cesse d’être un simple réservoir de matières premières et que le commerce entre elle et le reste du monde soit équitable».

Seconde proposition, favoriser les investissements privés. Pour ce faire, le Président Issoufou recommande aux Etats africains de promouvoir la bonne gouvernance politique et économique pour favoriser le climat des affaires. « C’est à cela que nous nous attelons au Niger où les libertés sont garanties, la lutte contre la corruption progresse, les réformes sur le climat des affaires se poursuivent, une lutte implacable est menée contre le terrorisme et le crime organisé, pour garantir la paix et la sécurité», a-t-il ajouté, tout en mentionnant la mise en place prochaine de la Zone de libre-échange continentale (Zlec) censée favoriser les conditions du développement du continent. 

Autre point sur lequel le numéro un nigérien a insisté, la nécessité de soutenir le continent en fonction de sa vision, allusion faite à l’agenda 2063 de l’Union africaine.

Plus précisément, le Président Issoufou propose aux autorités du G20 de miser sur le développement du capital humain sur le continent, des infrastructures, des télécoms, de l’énergie, gage des meilleures conditions pour créer la compétitivité de l’économie africaine.

« La promotion du développement agricole est le meilleur instrument de lutte contre la pauvreté qui, en Afrique, est rurale et féminine», a-t-il ajouté tout en soulignant que le Niger a mis en œuvre une initiative visant la faim zéro, d’ici 2021.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.