Agro

La problématique du financement du secteur agricole au centre d’un débat au Sahel 2017

La problématique du financement du secteur agricole au centre d’un débat au Sahel 2017

(Niamey et les 2 jours) - En marge de la troisième édition du Salon de l’agriculture, de l’hydraulique, de l’environnement et de l’élevage (Sahel 2017), une conférence-débat axée sur les mécanismes de financement à même d’assurer le développement socio-économique au Niger s’est tenue le 1er mars 2017 au Palais du 29 juillet de Niamey.

Le thème retenu pour la rencontre était «financements innovants dans le secteur rural ». Pour l’animateur de la conférence, Mahaman Sani Abdou, Secrétaire général du Haut-Commissariat à l’initiative 3N, il est question de discuter autour du financement des activités du secteur rural ; des mécanismes de financement, le système de financement, les conditions de financement, la subvention (avec ou sans condition) et le crédit. Ceci, dans la perspective de donner des réponses à la problématique de financement du secteur agricole au Niger.

Dans son intervention, Sani Abdou distingue plusieurs systèmes de financement agricole au Niger : le système mutualiste classique privilégiant l’épargne préalable au crédit (réseaux d'épargne et de crédit) ; les systèmes informels de tontine avec l’intiative Mata Masu Dubara de l’Ong Care International ; le crédit warranté et le financement bancaire.

A l’ordre des financements innovants disponibles dans le secteur agricole, le Secrétaire général du Haut commissariat pour l’intiative 3N (les Nigériens nourissent les Nigériens) promeut les facilités mises à la disposition par le Fonds d’investissement pour la sécurité alimentaire (Fisan).

En plus de ces mécanismes disponibles, Sani Abdou parle des nouvelles dispositions prises. A l’instar de celles prises par le gouvernement pour inscrire le financement agricole dans plusieurs stratégies nationales notament la Stratégie nationale de finance inclusive (Snfi) 2014-2018 ; l’ouverture des financements relatifs au partenariat public-privé ; etc.

L’agriculture est l’activité principale au Niger et emploie plus de 80% de la population. Le secteur représente 50% du Pib.

Dans les années 60, ce secteur bénéficiait d’une forte subvention de l’Etat. La politique d’ajustement structurel subie par le pays dans les années 80, a fait chuter l’investissement et les exportations, entrainant le désengagement de l’Etat.

Guevanis DOH

Please publish modules in offcanvas position.